Violence invisible: Une histoire brève du racisme dans la science

Published: June 11, 2020

Soumission anonyme, Dialogue Sciences et Politiques (DSP)

Avertissement: Racisme, brutalité policière, violence coloniale

Le 2 juin, l’Université de Toronto a diffusé en direct sa cérémonie de remise des diplômes du printemps. La Dre Chika Oriuwa, major de la Faculté de médecine, a pris la parole lors de cet événement. La Dre Chika Oriuwa était la seule personne noire de sa cohorte et la deuxième femme noire de l’histoire de l’Université de Toronto à obtenir ce titre. Dans son discours, elle a relaté de son expérience du racisme, de ses espoirs d’une plus grande inclusion et diversité dans l’école de médecine et de ses paroles de sagesse pour les futurs étudiants noirs en médecine. La veille, son histoire a également été présentée dans un article du The Star qui mettait de l’avant des expériences de plusieurs professionnels noirs en matière de racisme au Canada. C’est en lisant tous les tweets à son sujet sur mon fil Twitter, parmi une foule d’autres sur la brutalité policière et les protestations en cours, que je me suis rappelée une fois de plus qu’aucune institution, ni aucune profession, dans notre société n’est à l’abri du racisme, y compris dans les domaines de la science et de la médecine.

Les blancs ont tendance à considérer les hôpitaux et les laboratoires, ainsi que les professionnels de la médecine et les scientifiques qui les occupent, comme des sources positives de guérison et de connaissances, où tous les patients et/ou les participants à l’étude sont traités de la même manière. Malheureusement, non seulement ce n’est pas vrai, mais cela n’a jamais été vrai et, à moins de changements institutionnels à grande échelle, ne le sera probablement jamais.

Il existe d’innombrables exemples de traitements inhumains dans le domaine scientifique, contre les femmes, les personnes LGBTQIA2S+ et bien d’autres. Un triste exemple célèbre est celui des expériences du scientifique nazi Josef Mengele sur le peuple juif et les Roma pendant l’Holocauste. Cependant, aujourd’hui, je voulais parler spécifiquement de quelques exemples d’injustices commises contre le BIPOC au nom de la science, étant donné la récente montée en puissance du mouvement contre les brutalités policières à l’égard des Noirs et des indigènes, tant au Canada qu’à l’étranger.

Cet article décrira des événements précis de l’histoire qui démontrent que la communauté scientifique a de nombreuses excuses à présenter et des dommages à payer. Je commencerai par un exemple qui a fait l’objet d’une attention médiatique considérable au cours des dernières années : les cellules HeLa. Les cellules HeLa sont une lignée immortelle de cellules provenant d’une Afro-Américaine de 31 ans, Henrietta Lacks, décédée d’un cancer en 1951. Les cellules ont été extrêmement utiles dans les domaines de la médecine, de la génétique et de la virologie. En outre, la contribution la plus importante de leur culture à la science est surement la conversation autour du consentement qui a été suscitée. Henrietta Lacks n’a pas été informée que ses cellules, voire une partie de son corps, ont été extraites, et n’a donc ni consenti ni eu son mot à dire. Ainsi, malgré leur utilisation abondante dans la science et les énormes profits que ces cellules ont amenés pour les sociétés qui les ont distribuées, la famille n’a jamais été indemnisée, reconnue ou même informée de l’existence des cellules jusqu’à 20 ans après la première culture. La famille Lacks cherche maintenant à obtenir une compensation légale pour ces injustices flagrantes.

Cette histoire a reçu une attention considérable dans les médias, surtout depuis qu’elle a été discutée dans un livre et ensuite adaptée en un film. Il est donc possible que vous en ayez entendu parler. Si c’est le cas et que vous pensez que le problème du racisme dans le domaine scientifique a commencé et s’est arrêté là, détrompez-vous. De 1931 à 1972, la ville tranquille de Tuskegee, en Alabama, a accueilli une étude clinique soutenue par le gouvernement fédéral sur l’histoire naturelle de la syphilis non traitée chez les hommes afro-américains. Il y a tellement de violations des droits de l’homme associées à cette étude qu’il est difficile d’en faire part dans un seul article, sans parler d’un seul paragraphe. Parmi les actes les plus atroces, on peut citer le fait de mentir aux participants sur leur diagnostic de syphilis pendant 40 ans et le fait de mentir sur le fait qu’ils reçoivent un traitement pour leur diagnostic (on a dit aux participants qu’ils recevaient des soins médicaux gratuits alors qu’en fait, ce n’était pas le cas). En 1974, un accord extrajudiciaire de 10 millions de dollars a été conclu pour les victimes et leurs familles.

Si les Noirs sont victimes du racisme anti-noir aux États-Unis et au Canada, les populations autochtones sont également ciblées et opprimées de manières similaires. Le Canada a été fondé sur la violence génocidaire à l’encontre des indigènes, qui n’ont jamais cessé de se battre et continuent à faire preuve d’une détermination infaillible. Étant donné l’utilisation de primes sur le cuir chevelu et de couvertures antivarioliques comme armes biologiques dans le “Grand Nord”, il n’est pas surprenant que ce manque d’intérêt pour les vies indigènes et cette tentative de les décimer soit apparu dans la littérature scientifique.

Certaines autorités provinciales canadiennes s’efforcent d’intégrer davantage l’histoire autochtone dans les programmes des écoles primaires et secondaires, y compris dans ceux des pensionnats. Les pensionnats — ces institutions surpeuplées, sous-financées et abusives où de nombreux jeunes indigènes ont été envoyés (souvent après avoir été kidnappés) pour être assimilés ou pour mourir — sont, en fait, pires que vous ne le pensez. Elles ont fourni aux participants inconnus plusieurs expériences financées par le gouvernement sur les effets de la malnutrition et du manque de soins dentaires sur les enfants, comme l’a montré une étude de 2013. Je vous encourage, chers lecteurs, à poursuivre vos recherches si vous êtes intéressés.

Un autre exemple de racisme au Canada, cette fois en médecine, est celui des stérilisations forcées des femmes indigènes. Des cas de stérilisation forcée de femmes indigènes au Canada ont été enregistrés depuis les années 1800, et pas moins de 1 200 cas ont été signalés au cours des seules années 1970. Un procès est actuellement intenté par 60 de ces femmes qui affirment toutes avoir subi cette procédure au cours des 10 à 15 dernières années, dont certaines en 2014.

Le domaine de la science est celui de l’émerveillement, peut-être même de la beauté et du plaisir. Cependant, il a un passé sombre, et un présent sombre continu (comme les conséquences racistes des tests ADN), pour le BIPOC et d’autres groupes marginalisés. Nous ne pouvons pas négliger cela, et nous ne pouvons certainement pas nous en excuser. Tout ce que nous pouvons faire, c’est agir maintenant pour créer un avenir meilleur pour tous dans le domaine de la science, un avenir où les gens se sentent à l’abri du racisme systémique et des pratiques coloniales. Cela peut se faire par :

  • éduquer tous les scientifiques à la sensibilité culturelle, à l’intersectionnalité, aux pratiques anti-oppressiveset à l’importance d’obtenir un consentement approprié ;
  • reconnaître les erreurs du passé et s’en excuser ;
  • supprimer toute preuve d’idolâtrie des scientifiques qui ont participé à ces crimes haineux (ex: statues, plaques, noms de bâtiments);
  • payer des dommages à ceux qui ont été touchés par le racisme dans les sciences ;
  • faire des recherches qui servent les groupes marginalisés et répondent à leurs besoins spécifiques ;
  • créer un espace pour les membres des groupes marginalisés dans des positions de direction de la recherche et dans les comités et les commissions d’éthique ;
  • et en mettant en œuvre des approches holistiques telles que celle de la recherche participative communautaire.

Le système du racisme est vaste et une grande partie de celui-ci existe en dehors des institutions scientifiques, mais en apportant ces changements dans nos domaines, nous pouvons vraiment faire la différence.

Ce billet a été rédigé en soutien et en solidarité avec la communauté noire, le mouvement Black Lives Matter et tous les peuples indigènes. Il a été inspiré par les décès récents d’Eishia Hudson, Chantel Moore, Regis Korchinski-Paquet, George Floyd, Ahmaud Arbery et Tony McDade, parmi beaucoup d’autres. Pour savoir ce que vous pouvez faire pour ces victimes et leurs proches, veuillez consulter : https://blacklivesmatters.carrd.co/ et ce document de Google sur la solidarité indigène.

Mise à jour : Le 5 juin, CTV News a publié une liste que plusieurs Montréalais noirs ont créée afin de donner aux alliés une liste de ressources antiracistes à Montréal.