What I Waste in a Day

Published: January 16, 2020

by Maïa Dakessian Science & Policy Exchange

While preparing to write this post, I reflected on what I waste in a day. I realized just how much trash we, as individuals, are sending to landfills. Let’s just say it’s more than I thought…

Morning

I ate apple slices with cinnamon (from a plastic container) and toast (from a plastic bag) with almond butter (that came in a glass jar).

Before composting the apple core, I steeped it in hot water with a cinnamon stick and some basil leaves that I knew would go bad if I didn’t use them.

Afternoon

The day before, I had gone to my grandma’s and come back home with these parsley stems that she had put in a plastic bag. I used the parsley in some pasta and reused the plastic bag for grocery shopping.

Evening

I had a late lunch so that I wouldn’t be hungry during my evening class, but we all know how that goes: I tried to only eat snacks that I had packed in reusable containers.

Afterward, my friend suggested that we go to the library to study, which was a great idea! Except I hadn’t prepared a meal and I ended up buying a sandwich pre-wrapped in plastic, in a plastic container.

Behind the scenes…

Full disclosure: My library card expired so I had to get another one (plastic). My student card is expiring soon (plastic). I have receipts (non-recyclable) from buying a sandwich. The cinnamon sticks from my morning tea were in a plastic bag that I threw away.

Some days, the list can go on and on. It can be stressful to lay it all out and be transparent about what we waste. However, I found that by doing so, it helps me get motivated about the changes I want to bring to my lifestyle. During SPE’s forum Waste Streams: Can we stem the plastic tide? the public also discussed that collecting your own data is a form of citizen science.

To learn more about how to lower your day to day waste and carbon footprint, check out last week’s blog about resolutions you can aim for to have a minimal waste lifestyle.


Mes déchets au quotidien

En réfléchissant à ce que je gaspille en une journée, je me suis rendu compte du nombre de déchets, en tant qu’individus, que nous envoyons dans les décharges. Disons simplement que c’est plus que ce que je pensais.

Le matin

J’ai mangé des tranches de pomme soupoudré de cannelle (provenant d’un récipient en plastique) et une tranche de pain grillée (d’un sac en plastique) avec du beurre d’amande (pot en verre).

Avant de mettre au composte le coeur de ma pomme, je l’ai fait trempé dans de l’eau bouillante avec un bâton de cannelle et des feuilles de basilic qui allaient se gâter.

En après-midi

Hier, je suis allée chez ma grand-mère et je suis revenue à la maison avec ces tiges de persil dans un sac de plastique qu’elle allait mettre aux vidanges. Je les ai utilisé dans ma recette de pâtes et j’ai réutilisé le sac pour faire mon épicerie.

En soirée

J’ai déjeuné tard pour éviter d’avoir trop faim pendant mon cours du soir, mais ce plan m’a pas porté fruit. J’ai essayé de manger des collations dans des contenants réutilisable uniquement, mais venu le souper cela ne me suffisait pas.

Aussi, mon ami a suggéré qu’on aille à la bibliothèque pour étudier. En théorie c’était une bonne idée, mais je n’avais pas planifier de repas, j’ai donc dû en acheter un. J’ai fini par acheter un sandwich préemballé dans une pellicule en plastique dans un récipient en plastique.

Dans les coulisses…

Également, ma carte de bibliothèque a expiré, j’ai donc dû en obtenir une autre (en plastique), ma carte étudiante expire bientôt (plastique), j’ai des reçus dans mon porte-feuille (non recyclables) de l’achat du sandwich, les bâtons de cannelle de mon thé du matin étaient dans un sac en plastique que j’ai jeté.

Il arrive que certains jours cette liste de déchets semble s’allonger indéfiniment. Il peut être stressant d’être transparent sur ce que nous gaspillons. Cependant, j’ai découvert que mettre de l’avant ce que je gaspille me motive encore plus quant aux changements que je veux apporter à mon mode de vie. Lors du forum Waste Streams: Can we stem the plastic tide? de SPE, le public a également discuté que la cueillette et le partage d’informations concernant les types et la quantité de nos déchets, notamment, peut s’agir d’une expérimentation populaire et contribuer aux données scientifiques déjà présentes.

Pour en savoir plus sur la façon de réduire vos déchets au quotidien et votre empreinte écologique, vous pouvez consulter le blog de la semaine dernière sur les résolutions que vous pouvez élaborer pour avoir un mode de vie zéro-déchet.